Le cloud national slovène sera prêt d’ici la fin 2015


Ljubljana, le 21 septembre (Agence STA) – Le nuage informatique national (« cloud ») grâce auquel l’Etat slovène cherche à simplifier et réduire le coût de fonctionnement de son infrastructure informatique sera, selon le Ministère de l’Intérieur, opérationnel au plus tard à la fin de l’année prochaine. La migration des services et des données sur la nouvelle infrastructure est quant à elle planifiée sur une période de trois ans.

Le Bureau gouvernemental pour le développement et la politique européenne de cohésion a adopté la semaine dernière une décision pour allouer les fonds nécessaires à la mise en place du nuage informatique national. Le projet s’élève à plus de 14,4 millions d’euros, le Fonds européen de développement régional (FEDER) contribuera à la majorité du financement soit un peu plus de 12,2 millions d’euros.

Comme indiqué par le ministère, le cloud computing permettra aux pouvoirs publics d’atteindre leurs objectifs de façon plus rapide et moins coûteuse. Une infrastructure unique devrait également contribuer à simplifier les activités de développement et les procédures de maintenance ainsi que d’accroître l’efficacité du travail. Le nuage permettra également d’accélérer la mise en œuvre de la directive européenne liée à l’exploitation et réutilisation des informations du secteur public.

Le nuage gouvernemental assurera le traitement de données sensibles comportant des informations personnelles et d’autres données que l’Etat ne souhaite pas stocker en dehors de son environnement informatique.

La plus grande partie de l’enveloppe de 14 millions d’euros sera affectée à l’acquisition de nouveaux équipements quant aux besoins liés au projet l’Etat slovène lancera une série d’appels d’offres publics notamment pour la fourniture et l’installation des équipements. « La mise en place du nuage sera effectuée avec les ressources internes et l’aide de fournisseurs extérieurs » a précisé le ministère.

La décision de la mise en place du cloud national s’est fondée sur la nécessité de moderniser et mettre à jour les méthodes de gouvernance de l’infrastructure IT. Les opérations et traitements informatiques des pouvoirs publics sont actuellement effectués sur « des équipements et serveurs vieux parfois de plus de dix ans » dont la maintenance est devenue avec le temps irrationnelle. « L’obsolescence et le manque de performance des équipements actuels rend difficile le fonctionnement des systèmes informatiques existants et rallonge considérablement l’installation de nouveaux équipements » souligne t-on au ministère.

Parmi les lignes directrices en faveur de la mise en place de cette nouvelle infrastructure, le ministère met en avant une utilisation plus efficace des produits sous licence, une plus grande fiabilité de fonctionnement et plus de transparence dans l’utilisation des ressources. Les capacités nécessaires pour un fonctionnement optimal de la nouvelle infrastructure sont estimées à 328 coeurs de processeurs, 10240 gigaoctets (GB) de mémoire vive (RAM) et 594 téraoctets d’espace disque.

Avec la mise en place d’une infrastructure unique, le ministère compte sur des économies importantes, toutefois il ne dispose pas encore d’estimations précises. Le projet de création d’un nuage informatique ne représente qu’une partie du plan de rénovation globale de l’informatique de l’administration publique, confie encore le ministère.

Article complet (en slovène) à retrouver sur le site de l’agence STA

http://www.sta.si/vest.php?s=s&id=2052402

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *