L’oignon IGP de Ptuj : le roi des oignons slovènes


Ce dossier s’inspire d’un article publié le 01/02/2015 sur le site STAKrog de l’agence de presse nationale slovène (STA) ayant pour titre Velik potencial pri pridelavi čebule v Sloveniji (Grand potentiel pour la culture de l’oignon en Slovénie).

L’association slovène des producteurs de légumes poursuit son action pour accroître la notoriété de l’oignon de Ptuj, une ville et un terroir à l’est de la Slovénie, avec l’obtention d’une indication géographique protégée (IGP). Cet oignon est même le premier légume slovène à avoir obtenu une protection avec un certificat, protégé au titre de l’indication géographique.

 

Présentation de l’oignon de Ptuj

L’oignon de Ptuj (Ptujski lük en slovène) est une variété d’oignon autochtone produite depuis plus de 200 ans exclusivement dans la région autour de la ville de Ptuj. D’après d’anciennes légendes, cette variété aurait été apportée dans la région par les Ottomans. Et, autrefois, cet oignon aurait même représenté la principale source de revenus. Il était vendu surtout en fin d’automne et durant l’hiver. C’est pourquoi l’oignon se devait d’être gros, bien sec et avec une germination tardive. Dans la majorité des cas, l’oignon de Ptuj était vendu pour être cuisiné, c’est un oignon parfaitement adapté à cette utilisation : lors de la cuisson il se désagrège rapidement tout en gardant sa saveur typique.

L'oignon IGP de Ptuj, Slovénie.

L’oignon IGP de Ptuj, Slovénie. http://www.ptujski-luk.si

Les caractéristiques de l’oignon IGP de Ptuj sont :

  • une forme de cœur, plutôt aplatie,
  • la peau extérieure (pelure) arbore une couleur allant du rouge-brun au rouge-clair,
  • une chair blanche avec des teintes violettes-rouges et un bord plutôt violet foncé,
  • une bonne tenue à la conservation,
  • il fond rapidement lors de la cuisson,
  • un goût modérément fort, sa caractéristique la plus remarquable,
  • une fort parfum d’oignon.

 

La culture, le marketing et la commercialisation

Ptujski Lük, L'oignon de Ptuj, IGPL’oignon de Ptuj s’est retrouvé au centre d’importants échanges lors d’une consultation qui s’est tenue début février dans la ville de Laško.

Comme l’a indiqué l’association citée précédemment, l’objectif de la consultation a été de regrouper en un même lieu les producteurs, les experts de la filière légumes et les distributeurs pour leur permettre d’établir un dialogue indispensable entre eux et aussi pour souligner l’importance pour l’agriculture et pour l’économie dans son ensemble de consommer les produits agricoles slovènes protégés.

Dans la mesure où la Slovénie importe presque la totalité des oignons consommés, l’association voit dans la production d’oignons en Slovénie un gros potentiel. En effet, selon les données de l’Office de la statistique slovène, la production d’oignons en Slovénie s’est élevée au total à 6 074 tonnes en 2013, obtenue sur 356 hectares. Sur cette quantité, 2 147 tonnes d’oignons ont été exportées. Les importations d’oignons quant à elles ont représenté 14 878 tonnes. Ainsi, en 2013, pour ce qui concerne l’importation de légumes frais, l’oignon a été la denrée la plus importée, devant la tomate, le poivron et la salade.

Miša Pušenjak, la spécialiste de la production légumière à l’institut agricole de Maribor, explique qu’il existe trois façons de cultiver l’oignon : en semis directs, par la culture de jeunes plants ou encore à partir de bulbes d’oignons. Chaque méthode à des aspects positifs et négatifs.

La culture de l’oignon est sujette à différents facteurs pouvant causer des maladies, qui influent sur la quantité et la qualité de l’oignon produit. Concernant les maladies spécifiques à ce légume on trouve surtout la moisissure de l’oignon (mildiou), la pourriture grise qui attaque les feuilles, la pourriture blanche du bulbe et la rouille de l’oignon.

Anja Pignar, une productrice d’oignons de Ptuj de la localité de Gorišnica, cultive l’oignon selon des méthodes intégrées ou écologiques, respectueuses de l’environnement. Lors de la culture elle s’en tient aux anciennes pratiques, telles que le semis à la main, la récolte manuelle et l’emballage qui est réalisé lui aussi manuellement.

L’oignon de Ptuj est unique. Il n’existe pas en Slovénie de variétés ou d’hybrides, qui lui ressembleraient et qui pourraient le remplacer. La région de production est définie historiquement et cantonnée à la partie basse de la plaine de Ptuj qui s’étend entre le fleuve Drava, la rivière Pesnica, les villes de Ptuj et Ormož ainsi que les contreforts de Slovenske Gorice. Ce territoire correspond également à une indication géographique. Selon Jelka Potočnik de l’Institut KON-CERT de Maribor, l’introduction de protections au niveau des produits agricoles et aliments permet d’augmenter leur valeur et leur reconnaissance dans les rayons des magasins.

Durant cette convention, les participants ont également évoqué les résultats de l’évaluation concernant le chou fermenté et le navet mariné, qui sont des sujets abordés également par l’association pour la troisième fois consécutive déjà. Pour ces deux produits, 27 producteurs ont participé au panel d’évaluation. La qualité du chou fermenté et du navet mariné a été évaluée selon différents critères : texture et apparence des produits, goût, couleur et odeur. Cinq prix d’or, trois d’argent et cinq de bronze ont été décernés pour le chou fermenté et un prix d’or, deux d’argent et deux de bronze pour le navet mariné.

L'oignon IGP de Ptuj, Slovénie. Le roi des oignons slovènes. Photo : Tomo Jeseničnik - https://www.facebook.com/tomo.jesenicnik

L’oignon IGP de Ptuj, Slovénie. Le roi des oignons slovènes. Photo : Tomo Jeseničnik – https://www.facebook.com/tomo.jesenicnik

 

Pour en savoir davantage

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *