2017, année faste à l’international pour le constructeur d’avions ultralégers slovène Pipistrel


Avions Pipistrel Alpha Electro (Slovénie)Ajdovščina, novembre 2017 – La société slovène Pipistrel conçoit, produit et commercialise des avions ultralégers depuis 1989. Après avoir bâti sa réputation sur la production d’ULM (aéronefs ultra-légers motorisés), puis d’avions-école, l’avionneur slovène, basé à Ajdovščina, à l’ouest de la Slovénie, a ajouté également à sa gamme des modèles électriques que l’on pourrait qualifier de « e-avions ».

L’année 2017 s’est révélée particulièrement fructueuse pour Pipistrel avec une collaboration pour le développement d’un aéronef destiné à l’entreprise technologique de transport Uber, un important contrat avec l’armée de la république indienne et la création d’une coentreprise de production d’avions ultralégers en Chine. Par ailleurs, son activité de fabrication de matériaux composites (ailes et fuselage) rencontrant un succès grandissant, l’entreprise s’est résolue à investir dans de nouveaux locaux de production de 4500 m2 à Vipava, un agrandissement qui devrait lui permettre de faire face aux nouvelles demandes mais aussi d’internaliser la fabrication de ces composants clés. Selon son directeur, Ivo Boscarol, cette prospérité sera créatrice d’emplois avec 70 nouveaux postes envisagés sur les deux ou trois prochaines années. Quant à son modèle d’avion électrique, un marché a été obtenu tout récemment en Norvège.

Après un premier contrat pour la livraison de 194 appareils avec l’armée indienne signé en 2015, une nouvelle affaire importante vient d’être conclue. Mais aucune information ne filtre encore à cette heure sur les détails de ce « deal ». À savoir que Pipistrel fournit déjà à l’Inde sept avions Virus SW 80 Garud par mois.

Concernant le marché en Norvège, il s’agit d’une première livraison d’un exemplaire de son modèle électrique Alpha Electro, dont nous avions déjà publié des éléments dans un précédent article. L’introduction de ce premier appareil électrique impulsera une modification de la loi norvégienne ; la Norvège souhaite en effet généraliser les avions électriques de deux et quatre places d’ici 2030. Toutefois, le vol sur des appareils électriques n’y est pas encore régulé et c’est la raison pour laquelle ce marché ne pourra se développer que progressivement.

Le projet en Chine est d’une toute autre ampleur puisqu’il s’agit d’une coopération industrielle à long terme avec son partenaire Sino Group qui vise une production de 500 appareils ultralégers par an. Les deux partenaires parient sur les transport aérien dit « vert » (écologique), une tendance qui tend à se développer en Chine.

Dans le cadre de ce vaste projet d’une valeur de 350 millions d’euros sur sept ans, plusieurs sites de production d’avions Pipistrel seront construits. Deux modèles devraient y être produits : l’ultraléger électrique et une variante hybride du célèbre Panthera. La coentreprise  fournira non seulement le marché domestique chinois mais également 11 autres pays voisins. Pipistrel, et son directeur Ivo Boscarol, détiendront 51 % des parts de la joint venture, tandis que le partenaire chinois en détiendra les 49 autres pourcents restants.

 

 

Pour aller plus loin…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *