Qualité pour les uns, double qualité pour les autres, la Slovénie et trois pays du groupe de Višegrad s’unissent pour introduire des tests comparatifs


Pixabay_Alexas_Fotos

Pixabay_Alexas_Fotos

Face au constat que de grandes marques réservent à certains marchés des qualités différentes voire « dégradées », pour un même produit, trois pays du groupe de Višegrad (Rép. tchèque, Slovaquie, Hongrie) et la Slovénie se sont unis à l’occasion d’un sommet.

L’objectif de ce sommet, qui s’est tenu à Bratislava (Slovaquie) le 13 octobre, a été de s’organiser pour mettre en place des tests communs sur une liste de produits pour lesquels des écarts de qualité importants ont déjà été constatés par le passé. Ces tests consisteront à comparer, pour un même produit vendu par une même marque, les éventuels écarts de composition selon qu’ils sont vendus sur un marché d’Europe occidentale ou sur celui de l’un des pays à l’initiative de la démarche. Ils seront menés par les agences nationales de sécurité des aliments selon une méthodologie définie en commun par les quatre pays et financés sur des budgets nationaux. Les résultats devraient être publiés au plus tard en mars 2018.

Cette initiative pour la mise en place d’un testing sur la double qualité représente un message fort à destination des institutions européennes afin qu’elles prennent des mesures rapides pour s’attaquer à ce qui est perçu comme un problème non seulement au niveau de chaque pays mais à l’échelle de l’Union européenne entière dans le domaine crucial de la santé et de l’alimentation, ainsi que l’a souligné le ministre de l’agriculture slovène Dejan Židan.

Les autres ministres ont abondé dans le même sens en proposant qu’un groupe opérationnel, composé des directeurs des agences de sécurité des aliments de chaque pays, soit créé pour mettre en place la méthodologie de tests commune. La coordination des activités du groupe opérationnel sera assurée par la Slovaquie tandis que la préparation de la documentation à destination du Parlement européen sera menée par la Slovénie.

La double qualité, qui fait partie d’une technique de marketing, n’est pas le seul problème que rencontre la filière alimentaire. Sont concernées également les pratiques commerciales trompeuses ou abusives dans le domaine de l’approvisionnement dans la chaîne de l’alimentation, des problèmes rencontrés partout en Europe. Ainsi, de grands groupes industriels multinationaux ayant des activités en Europe centrale adoptent parfois un comportement abusif à l’égard de leurs partenaires lors des phases de négociation ou dans l’application de celles-ci. Cette situation est connue de tous les pays, notamment des ministres ; même le Parlement européen a déjà émis à plusieurs reprises des alertes au sujet de ces anomalies.

« Depuis 2009, nous écoutons les promesses des commissaires européens, mais sans résultats. C’est pourquoi, les pays, dont la Slovénie, sont contraints d’agir de leur côté. »

La Slovénie a adopté dés 2012 ses propres dispositions afin de lutter contre les pratiques commerciales déloyales, notamment à travers des modifications de sa loi sur l’agriculture, qui sont actuellement en phase d’audition publique. Cependant, il n’y a pas encore de jurisprudence dans ce domaine. D’ailleurs, c’est même toute l’Union européenne qui rencontre des difficultés pour lutter concrètement contre les pratiques commerciales abusives dans la chaîne d’approvisionnement alimentaire !

La Commission européenne a publié en septembre dernier des directives quant à l’interprétation de la législation sur les aliments et la défense des droits des consommateurs qui permettraient d’aider les pays à apprécier ou trancher les cas de pratiques abusives par certains groupes alimentaires. La Commission a également promis un million d’euros pour la mise en œuvre de tests comparatifs de qualité des produits alimentaires ainsi qu’un autre million d’euros pour la définition d’une méthodologie de tests comparatifs commune permettant une intercomparaison des résultats. Celle-ci devrait être prête en début d’année prochaine.

Pour aller plus loin…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *