La Réforme protestante, une contribution majeure à la culture slovène


Primoz Trubar, Réformateur slovène

Primoz Trubar, unificateur de la langue slovène

La fête de la Réforme, célébrée ce 31 octobre 2017, a eu un retentissement tout particulier cette année. Elle a marqué les 500 ans du début d’une nouvelle ère théologique, spirituelle, politique et sociale en Europe et le point de départ du Protestantisme avec la publication sur la porte de l’église de Wittenberg, des 95 thèses de Martin Luther contre le commerce des indulgences. La Réforme (ou Réformation) introduit une notion inédite et moderne en Europe : le « débat public ». Cette volonté de débattre publiquement fut fortement réprimée par le catholicisme qui ne souhaitait pas en cette époque voir son autorité contestée. Désormais, c’est la réconciliation et le pardon qui prévalent entre les deux églises.

En Slovénie, bien que la population soit majoritairement catholique romane, la fête de la Réforme est un jour férié depuis 1992. On y célèbre également la naissance de la langue slovène écrite. Le mouvement de réforme luthérienne a eu en Slovénie une grande influence sur son identité, sa culture littéraire et probablement aussi sur son histoire en tant que nation.

L’un des principaux acteurs de la Réforme en Slovénie fut Primož Trubar. C’est en effet grâce à ce prêtre, qui avait embrassé la foi protestante, que les Slovènes obtinrent en 1550 leur premier livre rédigé dans leur propre langue : Katekizem (Catéchisme). Avec Primož Trubar, le slovène devient une langue écrite. À la Bible en langue slovène, Primož Trubar ajoute un autre ouvrage l’Abecednik (l’Abécédaire), un manuel écrit en caractères gothiques destiné à aider les Slovènes de condition modeste à apprendre à lire.

Quelques années plus tard, en 1583, un autre théologien protestant, Jurij Dalmatin, offre aux Slovènes une traduction complète de la Bible, un jalon important pour les Slovènes puisqu’il leur a permis de rejoindre le groupe des peuples européens culturellement développés. Étant donné qu’il n’existait pas à ce moment de traduction de la Bible rédigée par l’église catholique, les prêtres catholiques slovènes obtinrent un droit spécial leur permettant d’utiliser celle du Protestant Jurij Dalmatin.

Un peu plus tard, en 1584, un autre prêtre protestant et enseignant slovène, Adam Bohorič, pose dans son ouvrage clef intitulé Articae horulae succisivae (les Moments perdus de l’hiver) les bases de l’orthographe slovène et l’accompagne d’un alphabet spécifique adapté à cette langue slave (la bohoričica). Cette écriture prévaudra jusqu’en 1840.

 

Comment la Slovénie, un pays majoritairement catholique, a bénéficié du mouvement de la Réforme :

  • la langue slovène devient une langue écrite et littéraire,
  • les différentes langues, dialectes et parlers pratiqués dans l’espace slovène de l’époque amorcent leur unification,
  • les réformateurs protestants slovènes donnent à leur concitoyens des outils pour apprendre à lire et à communiquer par écrit dans une langue qui leur est naturelle (la langue officielle en cette période était l’allemand de l’Empire habsbourgeois),
  • les Slovènes rejoignent les peuples et nations européens disposant d’une culture développée (par l’introduction de l’écrit et une bible rédigée en slovène au lieu du latin),
  • un récit et une histoire collectifs,
  • une conscience nationale qui se renforcera durant les siècles suivants pour aboutir à l’indépendance et à la création de l’État slovène actuel.

 

Pour aller plus loin…

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *