Le système de retraite en Slovénie


Photo de retraités. Pixabay. Auteur: music4lifeÀ l’instar des autres pays occidentaux, la caisse de retraite slovène, dont le rôle est de verser les retraites, voit son déficit augmenter d’année en année. Ce trou dans la caisse des retraites est comblé par le budget de l’État. Cependant, malgré le complément pris en charge par le budget, l’écart entre le montant de la retraite et le salaire perçu par les nouveaux retraités tend à s’accroitre. Pour faire face à ce problème, la Slovénie a mis en place ce qui est communément appelé le « second pilier » (drugi steber). Il s’agit d’une assurance vieillesse complémentaire définie par la Loi d’assurance vieillesse et d’invalidité qui présente quelques avantages fiscaux pour les assurés et impose aux caisses gérant le second pilier un niveau de rentabilité minimum (sauf pour les fonds les plus récents dits du « cycle de vie »).

 

Où va l’argent des retraités slovènes ?

Les Slovènes insatisfaits du niveau des retraites versées se plaignent souvent en ces termes : « Où est passé tout l’argent que j’ai payé pour la retraite ? Comment l’ont-ils géré pour que je reçoive une si petite retraite aujourd’hui ? ». Pourtant la réponse est simple : la caisse de retraite n’est pas un sac dans lequel on met toutes vos cotisations afin de vous les reverser au moment de la retraite. Elle fonctionne plutôt comme un simple système d’écoulement, un circuit, dans lequel toutes les ressources collectées auprès des cotisants sont reversées au fil de l’eau et sur une base mensuelle à tous les retraités. La tendance est loin d’être encourageante. Ainsi, déjà en 1981, pour une personne retraitée on comptait quatre personnes actives. Une décennie plus tard, ce chiffre a diminué de moitié ; aujourd’hui, en Slovénie, il y a 1,45 personne active pour une retraitée.

 

La pyramide des âges

Un coup d’œil sur la pyramide des âges en Slovénie en 1980 et en 2017 montre une toute autre photographie. La forme de 1980 a désormais perdu son aspect pyramidal et ressemble aujourd’hui davantage à un arbre qui aurait une frondaison correspondant aux générations d’âges moyen et senior plus arrondie et un tronc, celui représentant les jeunes, plus étroit. La situation actuelle n’indique pas, du moins pour un temps, de signes d’amélioration quant au rapport entre les actifs et les retraités.

 

Les trois piliers de la retraite en Slovénie

1er pilier

Le premier pilier correspond à la retraite de base ; c’est à dire un système en circuit dans lequel l’État collecte auprès des assurés la prime d’assurance des retraités ensuite reversée sous forme de pension de retraite. Ce pilier est pour de nombreux retraités slovènes l’unique source de revenus et la base pour vivre sa vie de retraité.

2ème pilier 

Le second pilier représente une assurance retraite complémentaire dans laquelle sont collectées les ressources en provenance des comptes bancaires des particuliers. L’État détermine les règles de fonctionnement de ce second pilier, notamment en prescrivant un taux de rémunération minimum garanti et offre des avantages fiscaux.

Puisque la retraite de base couvre de plus en plus difficilement les besoins des retraités, la Slovénie a mis en place le « second pilier » qui est régulé de façon spécifique par l’État (celui-ci impose notamment aux organismes d’assurance retraite de garantir à leurs assurés une rentabilité minimum et encourage l’adhésion par des avantage fiscaux). Ce second pilier atteint aujourd’hui une valeur de deux milliards d’euros. Même si sa valeur continue d’augmenter, c’est loin d’être suffisant pour que les rentes versées aux futures générations couvrent la perte de revenus au moment de l’entrée en retraite. De même, le nombre d’assurés de ce second pilier est relativement élevé puisqu’on en compte 550 000. À vrai dire, ce chiffre correspond plutôt au nombre de contrats conclus, il y a donc en réalité moins de personnes assurées : certaines personnes souscrivent jusqu’à deux contrats !

Les taux de rémunération offerts par les assurances (produits dynamiques de type « cycle de vie » de Banka Koper, Modra zavarovalnica, Generali…) peuvent aller jusqu’à 8, 14 voire 20 % en 2016. Cela est fonction aussi du niveau de risque que les souscripteurs sont prêts à prendre. Les rémunérations proposées pour les taux garantis par le législateur, moins risqués, sont plus proches du niveau de l’inflation.

3ème pilier 

Ce troisième pilier est composé d’autres catégories de placements et d’assurance pour lesquels l’État ne prescrit aucune obligation particulière ni ne propose aucun avantage fiscal.

 

En Slovénie, les premières formes de protection sociale collective en faveur des personnes âgées ont été mises en place par les mineurs (ndlr : la Slovénie était un pays à l’industrie minière particulièrement développée). La naissance de ce système a pour origine la solidarité au sein d’une profession.

Photo de retraités. Pixabay. Auteur: music4life

 

Pour aller plus loin…

  • Article de Svet Kapitala, magazine du quotidien slovène Delo, du 08/07/2017

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *