Une entreprise slovène conçoit une plaque souvenir numérique… pour échapper éternellement à l’anonymat du monde physique


Stèle digitale iTernal, SlovénieLes cimetières ne sont pas des espaces publics où se bousculent les innovations technologiques. Les visiteurs y recherchent davantage une tranquillité propice au recueillement que des sollicitations induites par les appareils digitaux omniprésents dans notre quotidien. Il existe cependant un cimetière où les innovations numériques semblent faire bon ménage avec la recherche de la paix intérieure et le respect dû aux défunts. Il s’agit du cimetière de Pobrežje en Slovénie.

Faute de place ou par attachement au devoir de sobriété, les inscriptions sur les stèles en pierre sont en général réduites au strict minimum. Elles ne nous apprennent pas grand chose au sujet de la vie passée des défunts. Cependant, selon les époques, les tombes révélaient bien plus de détails sur la personne inhumée que de nos jours. En plus du nom et des dates de naissance et de mort il n’était pas rare de trouver inscrits sur les pierres tombales également un portrait, le métier et diverses dédicaces.

Partant de ce constat, la société Bio Energija, basée à Maribor en Slovénie, a développé un projet de plaque commémorative numérique permettant aux futurs défunts d’échapper à l’oubli et à l’anonymat ’’analogique’’ grâce à davantage d’informations interactives. Le cimetière de Pobrežje n’en est pas à sa première innovation, puisqu’il a été le premier en Europe à proposer un guide mobile numérique. La plaque commémorative de Bio Energija a été nommée iTernal, un jeu de mots à base du mot  ’’eternal’’, « éternité » en anglais. Les concepteurs ont également opté pour un i minuscule, qui rappelle les noms des appareils numériques d’une célèbre société californienne. Cette plaque commémorative est le fruit du travail commun entre la Faculté d’électrotechnique, de programmation et d’informatique de Maribor (FERI) et de l’historien et éditeur de Maribor, Sašo Radovanović. Bien que le sujet ne soit pas des plus faciles à traiter, c’est en fait une étude de marché qui a montré la pertinence de l’idée d’une plaque commémorative numérique. La concurrence dans ce domaine n’est en effet pas encore exacerbée, du moins pour le moment, même si on trouve déjà dans certains cimetières, par exemple en Angleterre, des stèles avec des codes QR qui permettent d’obtenir des informations multimédia plus riches sur un défunt grâce à une application mobile.

La plaque souvenir-écran iTernal est proposée en plusieurs tailles, avec une haute intensité lumineuse, des interfaces évoluées, une protection contre le vandalisme, une reconnaissance optique, un détecteur de mouvements et adaptée à toutes les conditions météo. De plus, elle peut être alimentée au choix par une prise électrique, l’énergie solaire ou encore une batterie. En mode veille, c’est à dire lorsque aucun visiteur n’est à proximité immédiate, l’écran d’iTernal ne montre que des informations de base sur le défunt. Toutefois, lorsqu’un visiteur s’approche et se recueille quelques secondes, le contenu enrichi et stocké dans la mémoire du dispositif commence à défiler sur l’écran.

Les prix d’une stèle numérique iTernal à l’exemple de celle installée au cimetière de Pobrežje devrait se situer aux alentours de 3000 euros.

Bio Energija prévoit de commercialiser dés l’année prochaine un millier de plaques commémoratives numériques. Les marchés visés sont pour l’instant l’Europe et l’Amérique du nord. Le produit est actuellement encore en phase de projet.

 

Pour aller plus loin….

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *