Les bonnes tables de Slovénie : Dobra vila, La bonne Fée, à Bovec


La vallée de Bovec (prononcer « Bóvetz ») figure, avec le lac de Bled, parmi les sites naturels et touristiques les plus remarquables de Slovénie. Et elle le vaut bien ! La vallée de Bovec est située à l’extrême nord-ouest de la Slovénie, à quelques kilomètres à peine de la frontière italienne et non loin de l’Autriche, dans les Alpes juliennes. Bovec est cerné de part et d’autre par deux imposantes murailles rocheuses qui s’élèvent de près de mille mètres au-dessus de la vallée. Été comme hiver, Bovec attire de nombreux touristes, qui louent la beauté de sa nature préservée, l’accès tout proche au parc national du massif du Triglav et surtout sa rivière Soča, mondialement connue pour sa grande pureté et son bleu très particulier qui la caractérise tout au long de son parcours jusqu’à la mer adriatique, où elle se jète. La vallée de Bovec illustre très bien le slogan promotionnel touristique de la Slovénie : verte et active. C’est le lieu de rendez-vous privilégié de tous les amateurs d’activités de plein air et en particulier des alpinistes, skieurs, VTTistes, kayakistes, rafteurs et pêcheurs à la mouche. Que dire d’autre à part que ces qualités ont beaucoup plu à Disney et au réalisateur Andrew Adamson qui ont choisi ce panorama grandiose pour y filmer une partie de la saga Le monde de Narnia : le Prince Caspian.

Bovec et sa vallée est un lieu qui a toujours exercé une fascination sur les voyageurs et a gardé un rapport étroit avec le monde de la magie et les anciennes croyances.

La vallée de Bovec en Slovénie

La vallée de Bovec en Slovénie

Dobra vila – la Bonne fée -, une auberge hors du temps

Comme nous l’avons déjà évoqué avec nos autres expériences culinaires en Slovénie, la bonne cuisine, la gastronomie authentique ne peuvent s’apprécier véritablement que dans leur contexte.

La cuisine traditionnelle de la région de Bovec met en avant des spécialités plutôt montagnardes : le fromage de Bovec (bovški sir) et le cottage local (skuta), la truite de la rivière Soča, le gibier (par exemple : chamois, biche, faisan…), les beignets de Bovec (buški krafi, fourrés à la poire tapée, par exemple), soupes minestrones, potées à l’orge, polenta (influence de l’Italie voisine), écrasés de pommes de terre avec ou sans fromage (čompe), knödels, rouleaux (štruklji) avec diverses garnitures à base de fromage cottage ou fruits…

L’auberge Dobra vila ne déroge pas à cette règle en Slovénie : faire découvrir à ses invités le meilleur de la cuisine traditionnelle et familiale du lieu. Cependant cuisine traditionnelle  ne rime pas nécessairement avec cuisine roborative des alpages. Les bonnes tables de Slovénie, ouvertes sur l’international, revisitent la plupart du temps les mets régionaux pour les sublimer. Ce petit coup de modernité et de délicatesse, à tous égards, ajouté à un réel désir d’élever la tradition à un niveau haut de gamme, décrit parfaitement le style du restaurant Dobra Vila.

Lorsque vous visitez Dobra vila, vous avez affaire à un établissement quatre étoiles. En matière de restauration, nous avons chacun un sens critique aiguisé qui nous pousse à chercher le diable dans les détails. Chez la bonne fée de Dobra vila, étrangement, cet instinct atavique disparait. En effet, dés que l’on passe le seuil de la porte, on pénètre dans un autre monde, celui de la sérénité.

Contrairement aux restaurants classiques, on n’entre pas directement dans la salle mais on passe tout d’abord par un vaste et luxueux salon-bibliothèque d’inspiration art déco, animé par une magnifique cheminée siglée Dobra vila Bovec qui diffuse sa chaleur, toute bienvenue particulièrement lors des soirées d’automne qui s’avèrent rapidement fraiches dans les Alpes.

Cette configuration architecturale de l’établissement s’explique par le fait que le bâtiment n’a initialement pas été conçu pour être un restaurant. Dobra vila, avant de devenir à la fois une bonne table et un hôtel, a toute une histoire : c’est à l’origine un relais téléphonique construit en 1930 par les Italiens et qui avait pour vocation d’amplifier le signal de la ligne téléphonique reliant Trieste en Italie à Vienne en Autriche.

Hôtel-Restaurant "Dobra vila" (La bonne Fée), à Bovec en Slovénie. Photo : Dobra vila.

Hôtel-Restaurant « Dobra vila » (La bonne Fée), à Bovec en Slovénie. Photo : Dobra vila.

 

Hôtel-Restaurant "Dobra vila" (La bonne Fée). Hall d'accueil. Bovec en Slovénie. Photo : Dobra vila.

Hôtel-Restaurant « Dobra vila » (La bonne Fée). Hall d’accueil. Bovec en Slovénie. Photo : Dobra vila.

 

Des produits locaux et des recettes traditionnelles érigés en une cuisine créative, contemporaine et épurée

Côté ambiance tout est fait pour passer une soirée relaxante, y compris la discrète musique jazzy trip hop. Il n’est d’ailleurs pas rare en Slovénie que les restaurants  diffusent de la musique. C’est quelque chose qui peut étonner les Français, mais qui, si elle se fait suffisamment discrète, devient rapidement un des éléments naturels du décor ou de l’identité propre du restaurant.

Comme à l’accoutumée, les restaurants slovènes proposent toujours une dobrodošlica, soit un toast de bienvenue. À Dobra vila, notre petite délégation française a été gratifiée d’un trio de pains frais, l’un au maïs, l’autre aux olives et le troisième à la farine de blé complet – ou peut-être de sarrasin – et aux noix. Ces tranches de pains sont tout simplement tartinées d’un beurre aromatisé à la sarriette. Le directeur, Jurij Žagar, nous a servi un vin effervescent slovène blanc, proche du Champagne.

Jurij Žagar, le directeur de Dobra vila (Bovec, Slovénie) nous sert un vin effervescent slovène au moment du toast de bienvenue (dobrodšlica)

Jurij Žagar, le directeur de Dobra vila (Bovec, Slovénie) nous sert un vin effervescent slovène au moment du toast de bienvenue (dobrodošlica)

 

Passons aux choses sérieuses ! Le menu qui nous fut proposé en cette fin octobre à Dobra Vila :

  • Filets de porc légèrement fumés sur leur salade de saison parsemée d’amandes et sa sauce à la prune
  • Tranchette de biche assaisonnée au poivre de Selim
  • Risotto au lapin et fromage de Bovec
  • Bovški krafi (petits chaussons) farcis aux légumes et bacon, sur fromage crémeux et noix
  • Truite grillée au beurre, petits légumes de saison et écrasé de pommes de terre aux saveurs de genévrier, le tout parsemé de quelques baies roses
  • Cigare de chocolat et glace à la châtaigne (réalisé par Yuki, l’épouse du chef Tomaž Sovdat, originaire du Japon)

 

Petite précision, qui mérite d’être soulignée : pour chaque plat, les allergènes sont mentionnés et au verso du menu est imprimée la table complète des allergènes. Un réel service rendu aux invités !

Dobra vila, Bovec en Slovénie. Le menu

Dobra vila, Bovec en Slovénie. Le menu (octobre 2015)

 

Inutile de nous perdre dans de longues explications, façon critique culinaire, chacun de ces cinq mets fut positivement délicieux d’originalité : les saveurs délicates, les mi-cuits parfaits, le croquant des légumes et le croustillant de la truite fabuleux, les assaisonnements optimaux, les partis pris exotiques… La présentation et la mise en scène des plats, avec en leitmotiv – à la façon porte-étendard – tantôt une branche de sarriette, tantôt une de romarin, évoque l’aspect épuré de la cuisine japonaise. Peut-être la discrète influence de Yuki, l’épouse du chef Tomaž… On eût pu souhaiter que chaque plat fusse plus copieux, mais ce vœu perd un peu de son sens si l’on considère que le repas entier, constitué donc de cinq plats différents (plus un sixième, offert comme une surprise !), nous a rassasié et permis d’effectuer un agréable voyage culinaire dans cette partie des Alpes slovènes, encore méconnue et éloignée, pour l’instant, du tourisme de masse.

Le repas a été accompagné exclusivement de vins slovènes (effervescent, blancs et rouge), la plupart du temps élaborés à partir de cépages locaux parmi lesquels un excellent blanc Rebula 2011, de la maison Dobuje. À noter que nous avons eu le privilège de déguster un vin blanc à 14 % de teneur d’alcool (Poanta de Reia, cuvée 2007 – chardonnay, sauvignonasse, malvazija, sauvignon – à confirmer), médaille de bronze au Decanter World Wine Awards en 2011.

L’équipe Dobra Vila est composée de huit personnalités passionnées autant par l’accueil et le souci constant du détail que par l’envie de partager et surprendre avec pour chefs d’orchestre : Jurij et Matjaž Žagar, Tomaž Sovdat et son épouse Yuki.

Tomaž Sovdat, le sympathique chef du restaurant Dobra vila, à Bovec en Slovénie

Tomaž Sovdat, le sympathique chef du restaurant Dobra vila, à Bovec en Slovénie

Dobra vila, c’est aussi onze charmantes chambres pour une expérience inoubliable au pays des fées de la vallée de Bovec.

 

Contact & Infos

Avant de vous rendre à Dobra vila, il est préférable de passer un coup de fil. Nul doute que les propriétaires, les frères Jurij et Matjaž Žagar, s’arrangeront pour vous réserver votre place.

Dobra Vila
Mala vas 112
Bovec SI-5230
Slovénie

Tél.: +(386) 5 389 64 00 (Réservations)
http://www.dobra-vila-bovec.si

Page Facebook de la ville de Bovec

 

Pour aller plus loin…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *