Le retour du chanvre industriel en Slovénie, une nouvelle spécialisation en plein essor


La Slovénie a pris conscience du potentiel économique du chanvre depuis déjà plusieurs années. En 2014, elle a rejoint le peloton de tête des pays européens producteurs de cette plante en occupant, avec 500 hectares cultivés, la 7ème place du classement. Selon l’Association européenne des industriels du chanvre (EIHA, European Industrial Hemp Association), la surface consacrée à la culture du chanvre industriel en Europe est estimée à 17 000 hectares. Avec 10 500 hectares de terres consacrées à cette plante, c’est la France qui occupe la première place du classement, suivie loin derrière par les Pays Bas puis la Lituanie.

Les débouchés de la filière chanvre industriel sont nombreux : pulpe pour l’industrie du papier, isolation thermique dans le bâtiment, composant biologique dans la construction, plante pour la rotation des assolements dans l’agriculture, matière première dans l’agroalimentaire sans oublier son intérêt croissant pour la médecine et l’industrie pharmaceutique.

 

Le chanvre, une plante aux usages multiples

Le chanvre de Slovénie, Photo : Konopko.si

Champ de chanvre en Slovénie. Photo : http://www.konopko.si

Dans le chanvre tout est bon, aussi bien les fibres de la plante que ses graines et ses feuilles. Les fibres ont d’excellentes propriétés mécaniques qui sont particulièrement recherchées par les industriels engagés dans la fabrication de pulpes et papiers spéciaux. Le secteur du papier est d’ailleurs, avec 55 % des parts de marché, le plus important débouché pour la fibre de chanvre européenne. Ce marché est majoritairement dominé par les producteurs français.

Le second marché pour la fibre de chanvre est celui des matériaux d’isolation qui occupe 26 % des applications totales du chanvre industriel. Vient ensuite le marché des bio-composants. Dans ce domaine, l’industrie automobile s’intéresse de près à la fibre de chanvre compressée comme ressource renouvelable et recyclable pour la fabrication des bioplastiques et des polymères (PLA pour acide polylactique). Il s’agit véritablement de plastiques végétaux (composés de 40 à 100 % de matière végétale) qui offrent une alternative crédible aux polymères obtenus par les procédés pétrochimiques.

Les pailles de chanvre (ou chènevotte, partie centrale et moelleuse de la tige de chanvre) sont utilisées comme litière pour les animaux domestiques. Leurs propriétés absorbantes pour les liquides et odeurs leur permettent d’absorber l’humidité dans une proportion allant jusqu’à quatre fois leur poids sec. Cette paille est également utilisée, et ce de manière croissante, dans la construction. Additionnée à de la chaux, elle entre dans la fabrication de bétons de chanvre qui se présentent sous la forme de briques.

Dans l’agroalimentaire, les applications du chanvre sont innombrables. On y utilise en particulier les graines et l’huile de chanvre. Les huiles de chanvre pressées à froid présentent un équilibre d’omega-3 et omega-6 optimal. Les graines et les farines de chanvre contiennent de nombreuses protéines et acides aminés qui les rendent très digestes et nutritives. Ces farines sont par exemple utilisées pour confectionner des smoothies ou des gâteaux.

Le chanvre de Slovénie. Photo : Konopko.si

Les graines et les feuilles de chanvre s’utilisent également dans l’agro-alimentaire. Photo : http://www.konopko.si

 

Le chanvre et la Slovénie, un retour aux sources

La culture du chanvre en Slovénie n’est pas nouvelle. Déjà à l’époque où le pays faisait partie de la Fédération de Yougoslavie, la culture du chanvre y était fortement développée. Ainsi dans la Yougoslavie de 1948, 60 000 hectares y étaient consacrés représentant 25 % de la production européenne et 6 % de la production mondiale.

D’après l’organisme Slovenski E-Forum (Association indépendante pour l’économie de l’énergie et une société de l’environnement), la surface cultivée de chanvre industriel en Slovénie devrait atteindre 700 hectares en 2015. Cet organisme estime que le revenu par hectare que les producteurs peuvent espérer tirer de la culture du chanvre serait compris entre 1 400 et 1 700 euros. En comparaison, la betterave génèrerait 750 euros de revenu par hectare. Toujours en comparaison avec la betterave, pour une même surface cultivée de 11 000 hectares, si elle était dédiée au chanvre elle permettrait d’employer 770 personnes contre 126 dans le cas de la betterave.

La Slovénie s’est donc naturellement organisée pour maintenir, développer et étendre la culture du chanvre au secteur de l’alimentation. Cette structuration a été rendue possible à travers la promulgation en mai 2015 par le Ministère de l’agriculture slovène d’un amendement à la loi sur les produits stupéfiants qui permet l’utilisation industrielle du chanvre (et du pavot) dans l’industrie agroalimentaire. Cet acte fixe également un cadre réglementaire strict sur les conditions, le périmètre d’emploi et le contrôle des graines de chanvre.

Le chanvre de Slovénie. Photo : Konopko.si

Détail d’une « tête » (fleur) de chanvre. Photo : http://www.konopko.si

 

Konopko, la coopérative slovène pour le développement durable de la culture et la transformation du chanvre

Dans ce cadre une coopérative dédiée au chanvre a vu le jour en Slovénie en 2014. Il s’agit de Konopko, une entreprise sociale avec une forme juridique spécifique (« z.o.o. ») proche d’une Scop ou Scic en France.

Le but principal de Konopko est de mettre en relation tous les acteurs concernés par le chanvre industriel en Slovénie, depuis les producteurs et les transformateurs, en passant par les experts et la communauté scientifique et ce jusqu’aux clients finaux.

Cette vision se décline en missions :

  • développer la commercialisation d’articles et produits fabriqués en particulier par de petites ou moyennes exploitations sur les bases du commerce équitable,
  • soutenir les membres de la coopérative notamment au moyen de l’organisation d’un échange de bonnes pratiques et de connaissances et le partage de matériel pour la culture et la transformation du chanvre,
  • mettre en place des normes de qualité pour les produits issus du chanvre,
  • supporter les membres qui souhaitent s’orienter vers une production et une transformation écologiques du chanvre,
  • maintenir l’héritage culturel, technique et naturel autour de la culture du chanvre,
  • encourager le développement de communautés locales et nationales en lien avec le chanvre,
  • favoriser la recherche et le développement en lien avec le chanvre et toutes ses activités,
  • informer et former sur les nouveaux procédés et innovations apparaissant dans le domaine du chanvre,
  • défendre la cause du chanvre auprès des pouvoirs publics et législatifs.

 

Konopko permet ainsi à toute la filière chanvre de mutualiser les coûts, adopter une démarche marketing commune au travers d’une marque dédiée, d’acheter et aider à écouler la production et en fin de compte de promouvoir la création d’emplois.

Sur le site de Konopko, très complet avec une version en anglais, vous trouverez de nombreuses informations sur le chanvre, son histoire, sa culture et son utilisation. Dans le site en version slovène, vous trouverez quelques recettes quant à son utilisation dans le domaine des cosmétiques et de l’alimentaire.

 

Si vous êtes intéressés par la filière chanvre industriel en Slovénie, vous trouverez ci-après les contacts de Konopko.

 

Contacts & Infos

Konopko z.o.o., socialno podjetje
Lindek 22
3213 Frankolovo
Slovénie

http://www.konopko.si
info@konopko.si

Facebook

 

 

Sources

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *