Des résultats en hausse et de nouveau un bénéfice en 2014 pour le groupe d’électroménager slovène Gorenje


Velenje, le 13/03/2015 – Le groupe Gorenje, qui avait terminé l’année 2013 avec 25 millions d’euros de pertes, a, d’après ses comptes non encore audités, réalisé 1,2 millions d’euros de bénéfice net l’année dernière. Les revenus du groupe ont ont augmenté de 0,4 % à 1,24 milliards d’euros. Les conditions en Ukraine et Russie ont par ailleurs impacté l’activité de Gorenje.

Cuisines Simplicity 'Moonlight' du groupe slovène Gorenje http://www.gorenje.fr

Cuisines Simplicity ‘Moonlight’ du groupe slovène Gorenje

Le bénéfice avant intérêts et impôts (BAII, EBIT) est en hausse à 43,5 millions d’euros, ce qui représente un accroissement de pratiquement 20 % par rapport à 2013. Le groupe Gorenje a également réduit l’année son endettement d’un peu plus de 27 millions d’euros à 331,8 millions d’euros et a ainsi renforcé sa stabilité financière, selon les informations fournies par la direction de Gorenje.

L’amélioration de ses bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA ou EBITDA – un indicateur proche de l’excédent brut d’exploitation) de 10,6 % à 86,5 millions d’euros a eu pour conséquence une réduction automatique du ratio de la dette nette sur EBITDA à 3,8, ce qui représente le niveau le plus faible de cet indicateur ces dernières années. Pour cette année, Gorenje souhaite abaisser cet indicateur à 3,5.

En 2014, Gorenje a consacré 61,6 millions d’euros aux investissements dont la part la plus importante est allée au développement de nouveaux produits et à la modernisation de son équipement technologique.

L’activité du groupe l’année dernière a été marquée par la crise qui s’est prolongée toute l’année en Ukraine, et qui s’est traduit par une baisse de près de la moitié des revenus du groupe sur ce marché par rapport à 2013, soit -26,9 millions d’euros. Malgré des revenus plus faibles, le groupe a réussi à maintenir une bonne position de marché et stabiliser ses activités en Ukraine. Ce qui représente, d’après la direction de Gorenje, une bonne base pour les activités du groupe lorsque les tensions politiques se seront apaisées.

En plus de la crise ukrainienne, les plans de Gorenje ont été contrariés par les conditions de marché particulièrement sévères en Russie au second semestre 2014, dont, en particulier, la plus importante dépréciation du rouble enregistrée ces dernières années. Ainsi, la valeur du rouble a chuté de 37 % relativement à l’euro en 2014, une baisse survenue essentiellement au cours du dernier trimestre.

L’année dernière, le groupe Gorenje a, en comparaison de l’année d’avant, certes augmenté ses ventes mais aussi ses revenus sur le marché russe. Cependant, la dépréciation spectaculaire du rouble s’est traduite par des revenus plus faibles que ceux escomptés dans le plan.

La prolongation de la crise ukrainienne et la détérioration des conditions économiques en Russie sont aussi les causes clés, après avoir connu trois trimestres continus de résultats positifs et avoir généré un bénéfice net de 4 millions, de la performance moindre du groupe au dernier trimestre par rapport aux prévisions en termes de ventes de produits blancs, qui représentent habituellement les plus fortes ventes du groupe.

Le PDG du groupe, Franjo Bobinac, estime que les effets de la transformation [de l’entreprise], l’amélioration de la structure de vente, l’optimisation des coûts et la réactivité des équipes de Gorenje à la détérioration de la situation en Ukraine et Russie, ont participé à l’amélioration notable de la performance du groupe l’année dernière et ce malgré un environnement business hostile et inattendu.

« Cette année, nous intensifions les activités qui nous permettent de réduire les effets négatifs de l’environnement extérieur et d’atteindre nos objectifs. La première moitié de l’année présentera pas mal de défis. Toutefois, nous y ferons face grâce à la mise sur le marché de nouveaux produits, de l’investissement dans nos propres marques, l’optimisation de notre fonds de roulement, la diminution de la complexité, l’amélioration de l’efficacité des processus et le développement des ventes sur les divers marchés d’Europe et d’autres continents, »

indique Franjo Bobinac.

En effet, la Russie représente la principale source d’incertitude cette année pour Gorenje qui est très présent et exposé à ce marché. Pour la première fois après dix ans de croissance continue, le groupe d’électroménager slovène anticipe cette année une baisse de ses revenus en Russie par rapport à l’année précédente. Le groupe a mis en place plusieurs mesures pour minimiser les effets de conditions macroéconomiques plus sévères attendues principalement au premier semestre. La politique des prix est notamment en train d’être ajustée, les coûts de fonctionnement sont en cours d’optimisation et les gammes de produits sont élargies avec une nouvelle génération d’appareils de cuisine intégrés qui portent le plus la reconnaissance et la spécificité du groupe Gorenje y compris en Russie. Comme en 2014, le groupe a couvert en 2015 l’essentiel de ses flux de trésorerie (cash flow) en roubles.

Concernant 2015 et les incertitudes liées à la Russie, Gorenje a prévu plusieurs scénarios dans son plan d’affaires. Selon le scénario le plus réaliste, le groupe Gorenje atteindrait des ventes pour un montant de 1,22 milliard d’euros, un EBITDA à près de 93 millions d’euros, un EBIT supérieur à 43 millions d’euros et un bénéfice net anticipé de 6,1 millions d’euros.

 

Présentation et activités du groupe Gorenje

Le groupe Gorenje (coté à la bourse de Ljubljana sous le code : GRVG) compte parmi les principaux fabricants d’électroménager en Europe (8ème place). Son histoire remonte à une soixantaine d’années. Ses activités débutent dans les années cinquante, dans la ville de Velenje en Slovénie, sous la forme d’un atelier spécialisé dans la fabrication de poêles à bois. Aujourd’hui, Gorenje est devenu un groupe multinational présent dans plus de quatre-vingt dix pays et couvrant un large spectre de produits et équipements ménagers.

Ses sites de production sont situés entre autres en Slovénie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Pays-Bas, Suède, République tchèque. Gorenje fabrique près de 4 millions de gros appareils par an, emploie plus de 10 000 personnes dans le monde, détient 4 % de parts de marché en Europe. 90 % de ses ventes sont effectuées à l’export.

À travers sa technologie orientée vers l’excellence, ses designs aboutis (collaborations avec Ora-Ïto, Swarowski, Karim Rashid…) et des appareils domestiques conçus avec le souci de la sobriété énergétique, Gorenje se donne pour mission, à travers ses marques Gorenje, Gorenje+, Atag, Asko, Pelgrim, Mora, Etna, Körting et Upo, d’élever la qualité de vie des utilisateurs de ses produits.

Contact pour la France

http://www.gorenje.fr

 

Sources

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *